51Z5Oz2rMjL

Editeur : City

Livre : ICI

Kindle : ICI

Résumé

Récemment divorcée, Darcy décide de poser ses valises en Ecosse pour y refaire sa vie. Elle habite avec Churchill son chien, près des ruines du manoir de Merryton. Le lieu l'envoûte et évoque des souvenirs lointains, lorsque son excentrique grand-mère lui racontait la légende d'un trésor enfoui dans les murs de la vieille bicoque... Un siècle plus tôt, le manoir a en effet hébergé la reine Victoria, le temps d'une nuit. Bien assez pour qu'un jeune arnaqueur, très doué, la dévalise. L'objet du délit : un fabuleux bijou en diamant dont la reine ne se séparait jamais. Le bijou n'a jamais été retrouvé et Darcy a bien l'intention de résoudre l'énigme. Mais cela ne semble pas plaire à tout le monde. Il se passe des choses très étranges et Darcy risque bien de devenir complètement cinglée avant de trouver le fin mot de l'histoire...

Chronique

Un résumé qui me présageait un excellent moment.

Une lecture qui fut un très bon moment de pur bonheur !

La France qui rencontre les fantômes écossais et le flegme britannique.

Darcy aimait les histoires que lui racontait sa granny, des histoires de manoir, de reine, d'intrigues.

A l'âge adulte, Darcy a maintenant une grande fille de 20 ans, elle décide d'acheter une petite bicoque en Écosse. Le lieu recèle tout un passé, en effet elle est non loin du fameux manoir des histoires de sa granny.

Elle va se sentir attirée par les ruines, sans en connaître les raisons. Mais elle va également voir des fantômes du passé qui ne sont autre que Tom Brenton et Lady Emily.

Sa granny lui parlait d'un trésor perdu, ce trésor c'est "La Rose du monde", une bague de la reine Victoria. Celle-ci aurait été dérobée lors de son cours séjour au manoir.

Les phénomènes étranges vont s'enchaîner, Darcy devrait-elle cesser de s'interésser à ce trésor perdu ?

Quand le présent et le passé se ressemble étrangement, cela nous donne une histoire avec laquelle nous ne nous ennuyons pas.

Un mélange de passé, de présent, de romance, de suspens, d'humour, de situations loufoques. Voila ce que nous offre ce premier roman de Jean-François Quesnel.

Chronique

Darcy a décidé de reprendre sa vie en main, nouveau départ. Après son divorce elle part s'installer en Ecosse, à Minthill, près des ruines du Manoir de Merryton. 

Sur place elle va faire la connaissance des gens locaux. Darcy se sent attirée par le Manoir, elle se souvient des histoires d'Antan que lui racontait sa granny quand elle était enfant. 

Ses souvenirs refont surface, elle se souvient de cette histoire de trésor perdue dérobé à la Reine Victoria. 

Pour Darcy c'est le début d'une chasse au trésor, une énigme qu'elle ne sera pas seule à vouloir résoudre...

"On a dévalisé la Queen" est le premier roman de l'auteur et je suis vraiment conquise. C'est un roman drôle et mystérieux. Le fait que cela se déroule en Écosse m'a plu car l'ambiance s'en trouve sublimée. Avec toutes ces vieilles légendes et ces histoires passées. 

Les personnages de ce roman sont haut en couleurs. So British. Darcy est une femme, quarantenaire et divorcée. Mais elle a décidé de reprendre sa vie en main. Ce petit brin de femme m'a beaucoup fait rire, elle apporte son charme français en Écosse, elle assume désormais sa part de féminité et je vous avoue que ça apporte le petit côté piquant à l'histoire. Elle est totalement réceptive aux charmes des hommes qu'elle va croiser :) 

Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants et mènent l'intrigue loin dans le burlesque. J'ai adoré ! 

Entre le passé et le présent, nous suivons deux histoires en une, le côté historique du roman m'a fait faire un bon dans le temps pour suivre une belle histoire d'amour. Et le présent assez loufoque nous fait suivre une chasse au trésor qui ne sera pas de tout repos pour notre Darcy.

En bref, ce roman m'a fait passer un très bon moment plein de légèreté, au rendez-vous du suspense, de l'humour et des personnages vraiment atypiques, ce qui nous donne un savant mélange pour une comédie romantique à suspense très originale. 

 

Merci à Flora de chez LP Conseils et à City éditions pour leur confiance.